Le CRIalt est l’héritier du Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI) qui a été le premier centre de recherche (1997) au Québec et au Canada sur les rapports intermédiatiques et leurs implications historiques, sociologiques, culturelles et politiques.

Le CRIalt part du principe que l’on ne peut étudier chaque média dans son autonomie ou sa singularité, mais qu’il faut voir comment interagissent et se définissent réciproquement les médias. Autrement dit, il met l’analyse des relations au premier plan. Les êtres et les événements sont conçus comme des nœuds de relation, qui leur donnent leurs caractères, leurs spécificités, leurs identités, mais aussi leurs dynamiques problématiques et leurs étrangetés fonctionnelles.
Pour en savoir plus


ACTUALITÉS DU CRIalt :


RÉVUE Intérmédialités : accès au NOUVEAU SITE

 

Avis de parution :

Le Genre humain

2017/2 (N° 59) 

Chanter, rire et résister à Ravensbrück

Autour de Germaine Tillion et du Verfügbar aux enfers

Sous la direction de :

Philippe Despoix, Marie-Hélène Benoit Otis, Djemma Maazouzi et Cécile Quesney. Préface d'Esteban Buch

Pour plus d'informations

Les laboratoires de l’horreur et de la mort industrielle que furent les camps nazis ont paradoxalement aussi été des lieux de création. Création dans des conditions extrêmes, presque tou- jours clandestine et souvent le fait de simples amateurs pour qui elle constituait une ultime planche de liberté – ou de résistance. Ce fut le cas dans le camp pour femmes de Ravensbrück avec Le Verfügbar aux Enfers, pièce écrite fin 1944 par l’ethnologue Germaine Tillion (1907-2008) avec l’aide de ses compagnes résistantes déportées. Œuvre de survie collective, cette « opérette-revue » sans partition qui détourne avec humour un répertoire varié d’airs populaires éclaire de manière exemplaire les relations complexes entre mémoire musicale, création et résistance dans les camps.

Germaine Tillion est entrée au Panthéon le 27 mai 2015. Ce jour-là, le président de la République dit : « À Ravensbrück, cachée dans des caissons en carton, Germaine Tillion écrit une opérette, pour que le rire généreux de ses camarades déportées puisse répondre aux rictus lâches de leurs bourreaux. Oui, une opérette, pour pouvoir défier le mal par le rire. » Dans sa préface, Esteban Buch écrit qu’« il revenait à une femme, Germaine Tillion, de contribuer au travail de mémoire collectif en faisant entendre aussi la musique du rire, éternellement libre, sur- gissant du fond sonore des enfers ».



Conférences dans le cadre de l'exposition :

TRANSMETTRE UNE PHILOSOPHIE DE LA TOLÉRANCE.

La collection Hoffmann et l'enseignement de Raymond Klybansky à l'Institut d'études médiévales

 

20 mars - 15 juin 2018

Carrefour des arts et des sciences - Université de Montréal

Commissaire : Philippe Despoix (Littérature comparée, CRIalt).

 

28 mars, 16 h 30

Georges Leroux (Département de philosophie, UQÀM)

DE PLATON À NICOLA DE CUES.

Hoffmann, Klibansky et la continuité de la tradition platonicienne.

Modération : Louis-André Dorion (Philosophie, Centre d'études classiques).

 

11 avril, 16 h 30

Francis Gingras (Littératures de langue française, Centre d'études médiévales)

MOYEN ÂGE ET NOUVEAU MONDE.

Le développement des études médiévales à Montréal et en Amérique.

Modération : Serge Lusignan (Centre d'études médiévales)


23 avril, 16 h 30

Guadalupe Gonzalez Dieguez (Institut d'études religieuses) 

Spinoza, le Traité théologico-politique et la tolérance hollandaise

modération : Josiane Boulad-Ayoub (Département de philosophie, UQÀM)

 

Carrefour des arts et des sciences, salle C-2059

Avant chaque conférence une visite guidée de l'exposition aura lieu à 16h.










 :